Créé le 30/01/2023

Que serait l'humain sans l'ivresse ?

Serait-il capable aujourd'hui de dire :

💡
C'est quoi ”je” ?

La créature qui pense toujours au même niveau, sans intervention de psychédéliques (de n'importe quel niveau), n'est qu'une limace sans vision.

Lorsque je suis saoul d'avoir trop bu, trop couru, d'avoir trop vaporisé le cannabis, les portes de ma pensée s’ouvre et les idées transverses jaillissent.

Merci Bacchus, je peux grâce à toi me voir penser.

Je peux voir ce qu'il y a de différent par rapport à mon “normal”.

Apprécier l’être et ne pas l’être.

Je peux questionner si ce “normal” est satisfaisant, trouver ce que je dois changer.

Ô ivresse, joie de tout âge.

La sobriété n'existe que dans la tête de ceux qui s'accroche à un pan statique de réalité.

Résultat : ils seront écrasés.

La vie est mouvement.

Thanks Bacchus, grâce à toi je vois ici et surtout au-delà.

Je parcours des possibles jusque là inenvisageables.

Je deviens à mon tour le mouvement et retrouve la nature primordiale de toutes choses.

🤪
L'ivresse c'est comme être en une dimension et passer en deux, trois, quatre.

Mais attention, la potentialité des effets psychédéliques est inversement proportionnelle à la fréquence de leur utilisation (cf. mon article Café, sucre, cannabis … ces choses dont il est bon de se rappeler l’absence).