Créé le 06/11/2022

Mieux vaut seul que mal accompagné

Chez bon nombre de personnes, une blessure quelconque a provoqué l’envie d’aller chercher son salut en s’occupant avec les autres.

Notons déjà, au passage que l’occupation avec les autres n’est pas l’objectif en soi, mais la conséquence de pratiques personnelles en contact avec l’extérieur.

Chercher l’autre pour chercher l’autre dénote un vide intérieur.

Ce peut être un passage mais pas une posture durable, par exemple lorsqu’il nous manque quelque idée pour être heureux.

Mais l’autre n’est pas un fruit que l’on presse.

La solution est en nous

Comme je l’ai déjà dit dans Tu as besoin d’être seul, le bonheur est à l’intérieur de nous.

Chercher l’autre alors que l’on est pas bien soi-même fait de nous quelqu’un d’énergivore, voir de toxique.

Voilà pourquoi ce n’est pas durable.

Quand l’environnement est néfaste

Les blessures qui nous affectent peuvent se traduire et se perpétuer dans notre environnement (famille, amis, environnement matériel).

Dans ce cas, rappelez-vous cette citation d’Astérix mission Cléopatre :

Le lion ne s’associe pas avec le cafard

Se préserver sans s’allier au négatif est le meilleur moyen de générer des externalités positives pour ce même négatif.

N’avez-vous jamais eu l’occasion d’échanger avec quelqu’un qui reste bloquer sur un problème ?

Quelqu’un qui se morfond sur sa situation et adopte un prisme négatif de la vie ?

Ces trous noirs ne sont pas exactement ce qui nous tirera vers le haut, ni eux-même.

À l’inverse, savoir se tenir seul pour retrouver la paix en soi est sans doute ce qu’il y a de plus inspirant et efficace pour réhausser le niveau global de notre environnement.

💡
Ne faites pas d’alliance avec le négatif : rayonnez et résolvez les zones d’ombre.