Créé le 26/09/2022

L’énergie au sens large est quelque chose de vital.

Elle peut alimenter des êtres humains et plus d’animaux et de plantes.

Dés lors qu’on sort de l’humain en tant que finalité, il s’agit d’interroger :

Pourquoi utiliser notre énergie pour des activités “non productives” de divertissement ?

(Je ne nie pas qu’il y a une utilité au divertissement.)

Quelle quantité d’énergie est-il rationnel d’utiliser pour se divertir ?

Et, comment se divertir pour moins d’énergie ?

(La cause du réchauffement climatique, c’est la soif d’exister.)

Pour les jeux vidéos (et les divertissements sur ordinateurs, smartphones …)

Spécifiquement pour les jeux vidéos, on constate :

  • D’abord évidemment, une dépense en énergie matérielle,
  • Mais aussi, une dépense en énergie plus “subtile” de calcul, de résolution d’opérations logiques complexes.

Comme nous pensons (voire vivons pour penser), de même fait la machine.

Alors, comme notre éthique est d’améliorer nos environnements :

Dans quelle mesure se justifie l’usage de cette intelligence pour une activité aussi “superflue” que le divertissement ?

1. On pourrait utiliser cette énergie de calcul autrement ?

Oui, mais on pourrait tout aussi bien réduire la croissance de l’énergie de calcul pour ré-orienter notre énergie matérielle initiale vers des activités d’amélioration de l’environnement plus rentables.

Le vivant est un compromis souvent plus efficient que la machine.

Des avancées disruptives dans la physique et l’informatique pourraient outrepasser spécifiquement l’optimisation de la nature.

Peut-être une piste de ré-orientation des énergies matérielles et logiques.

2. Utilité du divertissement

Le cerveau doit se reposer.

Un cerveau pas reposé ne peut pas prendre de recul, il stresse et fatigue durablement le corps.

Toutefois, parmi les alternatives au divertissement, notons :

Être en conscience.

Permet de se relaxer tout en étant branché sur les besoins réels de notre corps, une machine naturelle ultra-optimisée, ultra-efficiente !